Pour une gauche tragique2


Marseille, le 02/05/2016


Cher (e) ami (e),


Dominique Meens a découvert ce texte de T.J. Clark. Il en a fait une belle traduction que je vous adresse. Ce texte est en effet surprenant et je lui ai proposé de l’aider à le diffuser.


 La surprise tient à ceci : nous admettons volontiers la dimension tragique de l’existence et citons les Grecs, Shakespeare … pour l’appuyer sur les exemples qui nous sont plus ou moins proches. Fort curieusement, nous en exceptons le politique. Il reste le lieu de nos déceptions, de nos indignations, de nos espoirs, de nos fantasmes pour beaucoup ; celui de la jouissance cynique pour quelques-uns. Y introduire la dimension tragique peut tout changer : prendre enfin au sérieux les conclusions de Freud dans son « Malaise dans la culture », l’Angelus novus de la 9ème thèse sur le concept d’histoire de Benjamin. Regarder enfin le présent sans illusions et pour ceux qui se sentent concernés, envisager autrement leurs actions dans les aires qui leur sont proches.


 Jacques Félician